La Blogothèque

Grant-Lee Phillips

Il y a quelques semaines de cela, j’avais commencé à rédiger un billet vantant les mérites de l’album de reprises de Matthew Sweet & Susanna Hoffs , Under The Covers , parce que j’ai toujours rêvé d’aller faire un tour sous la couette avec l’interprète de “Manic Monday”. Mes doigts tremblaient sur le clavier tout en exprimant l’incroyable sensualité qui se dégage de la voix de tête des Bangles et j’étais déjà acquis à ce disque avant même de l’écouter. Ou plutôt c’est ce que je pensais. Je ne m’attendais pas à tomber d’aussi haut. Non pas que Under the Covers soit un mauvais disque en soi : mais le choix des morceaux repris est très consensuel (“t’s All Over Now Baby Blue” “Sunday Morning”, “The Kids Are Allright”, “Monday, Monday”…) et l’interprétation sans aucun intérêt : nos deux oiseaux ont totalement oublié de se démarquer de leurs rengaines préférées qu’ils récitent de manière trop appliquée. Mince alors. J’ai donc préféré me taire plutôt que de jouer les amoureux éconduits.

Je n’attendais par contre par grand-chose de celui de Grant-Lee Phillips (de toute façon, quelqu’un attend t-il quelque chose de lui ?), et je dois même reconnaître que je n’ai jamais poussé la curiosité jusqu’à aller plus loin que le premier album de son groupe Grant Lee Buffalo. Pourtant le célibataire a réussi tout ce que le couple a raté : pas tellement dans l’originalité (“The Killing Moon”, “Boys Don’t Cry”, “Wave of Mutilation”…) mais dans le traitement country-folk qu’il propose. Nineteen Eighties est d’une facture intimiste, ce qu’il ne faudrait pas confondre avec minimaliste : il souligne par moments la simplicité d’un jeu de guitare, d’une section de cordes de toute beauté (“Age of Consent”, “Last Night I Dreamt That Somebody Loved Me”). Et il y a la voix. Solennelle, écorchée, profonde. Je crois qu’il y a longtemps que je n’ai pas entendu une aussi belle reprise de Joy Division (“The Eternal”). Du coup, j’ai l’impression d’être passé à côté d’un mec comme je les aime : passionné, humble et généreux. Monsieur Phillips, j’en prends aujourd’hui l’engagement devant tous les blogonautes : je vous tiens désormais à l’oeil. De buffle, évidemment.