La Blogothèque

Blitzkrieg Pol

Je me rends compte que la Blogothèque n’a jamais consacré d’article à Pol Dodu alors que cet activiste était déjà à plier des pochettes de 45 tours dans le sous-sol d’Alan Mc Gee en 1986 alors que beaucoup d’entre nous n’avaient pas encore entendu leur premier larsen. Qui d’autre peut également se targuer d’être monté sur scène à la demande expresse des TV Personnalities pour présenter le groupe lors d’un concert à Londres en 1984 ou d’avoir vu Momus à La-Roche-Sur-Yon en 1988 ? Ce Rémois a tellement d’exploits à son actif que j’ai peur d’en oublier, alors citons dans le désordre : il a organisé le premier concert Creation en France à la MJC Claudel à Reims (avec The Jasmine Minks, Big Bang Pow! et The Jesus & Mary Chain), fait jouer Jonathan Richman & The Modern Lovers dans une salle des mariages du 51 après avoir fait envoyer plus de 40 cartes d’anniversaire au chanteur, enregistré un single (malheureusement resté inédit) sur le label d’Alan Mc Gee, inventé le concept de la « hip-pop optimiste », réalisé un roman-photo à partir de pochettes du trompettiste Georges Jouvin, crée un label voué aux rééditions d’oubliés de la société du spectacle (Patrik Fitzgerald, Mark Beer, Family Fodder) totalement virtuel…

Pol Dodu poursuit sa croisade de fan depuis qu’il a eu l’illumination en découvrant Lewis Furey à la télévision en 1977 : d’abord sur les ondes de Radio Primitive, ensuite dans les pages du fanzine Vivonzeureux ! (en attendant la mort), reprises par le suite sur son site web, puis un blog sur lequel il chronique tous les jours un disque tiré de son immense collection. Depuis quelques mois, il possède même une webradio dont il concocte la play-list mensuelle avec amour, enchaînant raretés tirées de ses archives (Tiny Tim, Jona Lewie, The Bongos), exclusivités glanées sur la toile (Herman Düne reprend les Bee Gees, Kevin Ayers en concert acoustique), sans oublier la scène française (Le Club des Chats, les frères Nubuck). A son échelon local, cet émule de John Peel demeure une des têtes chercheuses les plus actives : il n’est jamais trop tard pour faire connaissance. En attendant la mort, bien évidemment.

Ps : en photo, Polo et Jojo en direct sur Radio Primitive en 1985. Et nous, où étions-nous ?