La Blogothèque
Concerts à emporter
#7

Mojave 3

#7.1 – TRYING TO REACH YOU

Réal : Vincent Moon

Tourné à Paris, 2006

#7.2 – HIGH HOPES

Réal : Vincent Moon

Tourné à Paris, 2006

Neil Halstead , tête rêvante de Mojave 3, chante comme un ange, vous allez le constater. Un ange qui ferait chavirer les cœurs des filles et rendrait jaloux les garçons, d’accord, mais une apparition qui n’est pas de ce monde, qui nous arrive de ces sphères parallèles où les émotions tiennent lieu de langage, où la tristesse — ressource éternellement renouvelable — réchauffe instantanément les âmes. Neil est un être prévenant, attentif, à fleur de peau. Neil est un garçon formidable, et une chanson ne trahit jamais ça.

Nous l’avons d’abord posté à la fenêtre d’un immeuble typiquement parisien, face à une rue pavée. Chante, Neil, chante le morceau que tu veux… D’accord, nous répond-t-il timidement, et voilà les premiers accords de Trying to Reach You (Excuses for travellers , 2000), et cette voix céleste résonne, et je m’émerveille devant tant de beauté soudaine, puis ça ne se voit pas mais Neil tremble un peu : sa jambe frappe involontairement les barreaux du balcon, ça s’entend en revanche, et un véhicule vrombissant passe, parvenant presque à couvrir la fin du morceau, qui cesse et dans l’air reste en suspens quelque chose d’indéfinissable… Alors Neil se tourne vers moi, incrédule : “But… But… Where is your friend ?!” Vincent Moon et sa caméra ont disparu… happés par tant de bonheur ?

Puis nous nous réfugions dans une cour d’immeuble. Dans la cour d’en face, deux ménagères comme on n’en fait plus cessent leur conversation échangée à pleine voix d’une fenêtre à l’autre, étrange vestige qui semble sorti d’un roman de Zola. Vincent Moon remarque la cage d’escalier avec ses vitres qui donnent sur la cour, et j’aperçois une petite ampoule s’allumer au-dessus de sa tête. Détendu, Neil Halstead nous livre un sublime High Hopes (tiré de son album solo Sleeping on Roads , 2002), que vient ruiner un horrible larsen : j’ai probablement installé le micro trop près de l’appareil enregistreur. Sans un soupçon d’agacement envers les amateurs improvisés que nous sommes, le chanteur reprend son morceau et, avec la même intensité que la première fois, nous offre sa musique. Lorsque tout s’arrête, le temps que Vincent Moon descende de ses étages, quelques dizaines de secondes, Neil reste immergé dans sa chanson, et ce silence presque pieux, c’est la seule chose capable de faire dignement suite à ce moment : je ne le romprai pas.

Puzzles like you , le nouvel album de Mojave 3 (sortie le 20 juin), n’emprunte presque rien du recueillement des morceaux qu’a choisi de vous jouer Neil Halstead, et des précédents opus du groupe. Bien au contraire, c’est une succession de petits bijoux pop parfaite pour l’été qui n’est pas sans évoquer parfois le Pernice Brothers de l’année dernière. Un disque réussi et incontournable, la rédaction de la Blogothèque est unanime.