La Blogothèque

Jens Lekman

Derrière une porte de la salle Star Trek, il y avait un couloir qui longeait une terrasse. Dehors, le soleil se couchait, il faisait sombre, et nous ne trouvions pas où allumer la lumière. Jens ne disait rien. Il tenait sa petite guitare par le manche, attendait que nous trouvions un bouton. Nous n’avons rien trouvé. Alors, Jens s’est appuyé contre la rambarde, il faisait à peine jour, il a commencé à chanter F-Word. Vincent a tenu Vincent par les chevilles, et Vincent s’est balancé en filmant Jens. Il y avait un petit vent, j’étais accroupi, mon micro à bout de bras. On entendait Jens, et le vent, ils chantaient à deux. Ce fut magique, comme toute cette session, pendant laquelle le chanteur ne disait rien, obtempérait, s’asseyait là, allait chercher sa saxophoniste, commençait un morceau, lançait sa voix et le temps s’arrêtait, nous étions seuls dans un grand gymnase et il remplissait la salle, seul. Regardez : la caméra est médusée.