La Blogothèque

Mixtape Babies

Il y a peu de temps, ma sœur a fait faire des travaux dans son appartement, celui que j’occupais pendant mes études parisiennes, et elle a remis la main sur un fameux stock de cassettes audio que je croyais avoir définitivement perdues. Des dizaines de compiles (beaucoup signées Fandor, d’ailleurs), des trucs enregistrés à la radio chez Lenoir, sur Aligre ou dans Magic Hours. Ces compilations, on a passé des heures à choisir le track listing, on a fait des pochettes, on s’est appliqué, on a joué avec les contraintes de faces et de durée (60, 90, 120 minutes). En les réécoutant aujourd’hui je ne sais plus quelle logique implacable avait présidé à ces choix, mais j’ai plaisir à redécouvrir des morceaux disparus, ou qui tout seuls ne m’emballent pas forcément, mais qui pris dans un ensemble s’enchaînent à merveille. Une des premières cassettes que j’ai achetées était le best of Peel Sessions, par Bernard Lenoir, avec des morceaux de The Ruts, de Gang Of Four, des Undertones, de Siouxsie, de Wire, mais aussi une reprise des Rolling Stones par The Inspiral Carpets. Tout à fait dans l’esprit. Aujourd’hui, les magasins Rough Trade commercialisent des cds compilations, par genre, dont le livret explique le contexte qui a influencé le choix des morceaux, et raconte des anecdotes. Une compilation est toujours liée à un moment précis, elle fait référence à un événement intime ou une volonté de partage de quelque chose, c’est extrêmement personnel, et donc ça signifie beaucoup. On perd cela en faisant des play lists sur itunes ou autres, effaçables d’un clic, qui peuvent durer des heures, voire pire, qui se font toutes seules, mode random enclenché. C’est pourquoi je voulais finir l’année en encourageant tout le monde à graver des cds et à les offrir à qui vous voulez.

Et puis, coïncidence heureuse, j’ai récemment découvert, grâce à un gentil commentaire laissé sur la blogo, le site d’Anne Bacheley , talentueuse dessinatrice et aussi musicienne, dont je viens de recevoir le cd autoproduit dans la meilleure tradition pop lo-fi bricoleuse et touchante. Comme par hasard, la plus belle chanson de l’album, mélodie imparable tout droit sortie du panthéon sarah records, s’appelle mixtape babies. Le hasard n’existe pas !

A l’année prochaine, faites bien la fête !