La Blogothèque

Le baptême du FightPod

On ne se méfie jamais assez du soleil. Ni des fins d’après-midi, de la proximité d’un paisible cours d’eau. Le premier Fight Pod aura eu un compagnon, à la fois délicieux complice et redoutable concurrent : un doux samedi de printemps. Comment lutter face aux pavés dorés par le soleil déclinant, au chant timide des oiseaux et aux jupes des filles ? Hein, comment ?

Nous ne nous sommes pas démontés, décidant de ne pas en vouloir aux nombreux visiteurs du Point Ephémère qui préféraient préparer leur bronzage en devisant sur rien plutôt que danser dans un espace vide et encombré d’un plafond. Nous serions là pour meubler leur paresse et pour cela, avons concentré nos efforts sur nos duellistes. Fandor et Sandra passèrent deux heures à courir les quais, à fouiller les longues queues vers le bar pour recruter les candidats. Ce fut de ce point de vue un joli succès : nous avons dû d’abord réduire les playlists puis refuser du monde, l’heure tournant, et les gars du Flash Festival trépignant derrière nous, impatients d’utiliser à leur tour le joli écran de drap cousu main tendu entre le bar et la grande salle.

Du bar, donc, ceux qui attendaient leur bière pouvaient voir, sur notre belle mais perfectible interface, le nom du morceau qui passait, mais aussi celui du candidat qui l’avait proposé. Comment cela se passait-il ? Bonne question, cher lecteur : tu vas voir ce qu’on appelle une organisation de malade.

Sandra était vêtue d’une robe chinoise et des deux badges officiels (le badge FightPod ultra hype moderniste années 30 et la spirale du badge XBox 360, sponsor de l’opération). Elle courait partout, à la recherche de candidats. Ceux ci devaient répondre à deux critères : avoir envie de dévoiler un morceau qu’ils chérissaient et avoir sur eux une machine qui joue de la musique pourvue d’une prise jack. Elles les envoyait alors à Fandor, qui près de la table de mixage, prenait nom et intention de playlist sur une feuille de papier, et arrangeait tous ces noms en des duels cohérents. Les concurrents étaient chacun leur tour dirigés vers la platine. J’enregistrais leur nom et leur playlist sur l’interface, et notre DJ Phil, s’occupait des branchements et des transitions musicales.

Voilà : ça a l’air très compliqué comme ça, mais en fait tout roulait. On n’a même pas eu peur de la multitude d’appareils que nous avons eu à brancher : iPods, iPods Mini, Clefs USB, lecteurs mp3, lecteurs miniDisc, nous avons même eu droit à un ordinateur portable… Comme quoi, et il n’est pas inutile de le répéter, le Fight Pod aime tout ce qui passe de la musique et se branche sur une table de mixage.

Et la musique, la musique ? Pfiou ! Plein plein de bonnes choses, des découvertes, une majorité de morceaux electro et pop, et même un morceau écrit et enregistré par la personne qui nous l’a soumise : pour notre baptême du feu, nous aurons osé une autoproduction, et nous n’avons pas été déçus. Pour faire vite, Breakwater, Herman Düne, M.I.A., Phantasy Star, Akron Family, Okkervil River, Wax Tailor, Heliosequence, Postal Service, Electrelane, Freezepop, Shearwater, Depeche Mode, The Chap, Panam, Sexy Sushi, DJ Rebel, Isolée, Stock Rock, King Geedorah, Viktor Vaughn, Claudine Longet, Pinback, et comme on dit, j’en oublie sûrement…

Le tout dans une bonne ambiance, des gens qui ne se connaissent pas et se parlent, des échanges de noms à écouter, de jolis badges et une musique qui a plu…

Et maintenant quoi ? Un nouvel apéro Fight Pod dès le 6 juillet prochain, au Mange Disque. Une édition qui sera encore plus folle, car nous avons beaucoup appris lors de ce joli baptême. Un site officiel, des inscriptions, des règles claires, une interface plus jolie encore, que sais-je ? La date et le lieu ont été décidé ce soir même. On vous en dit plus très vite. Sachez juste que l’on compte se greffer sur un certain nombre d’événements. Les FightPoddeurs seront les poissons parasites des festivals d’Eté, qu’on se le dise !