La Blogothèque

Marcelo D2

C’est l’histoire d’une découverte. D’abord, il y a la phase lecture : un article dans Le Monde sur un concert à la cité de la musique dans le cadre de l’année du Brésil. Marcelo D2 , un rappeur de Rio y est présenté ni plus ni moins comme le descendant des tropicalistes. C’est leur esprit qui est invoqué, celui du mélange, de l’absorption gourmande d’éléments disparates, locaux et étrangers, pour nourrir sa propre création.

La raison de ces références glorieuses : contrairement à beaucoup de ses camarades rappeurs au Brésil enclins à imiter servilement les américains, Marcelo D2 fait valoir sa spécificité en puisant ses samples dans la samba soul des 70’s. Et ça change tout. Parce que le portugais sonne alors extraordinairement bien sur des rythmes qui lui sont familiers. Dès l’intro de A Procura da batida perfeita en écoute sur [son site-> http://www.marcelod2.art.br/], on est conquis par l’évidence de ce mélange : le flow décidé et souple de Marcelo D2 sur une guitare bossa nova est irrésistible.

En creusant un peu, on apprend que Marcelo n’est pas un débutant, qu’il a déjà sévi dans un groupe brésilien controversé, Planet Hemp dont est également issu Seu Jorge -> http://www.mondomix.com/fr/portraits.php?artist_id=1083&reportage_id=2282] et que [A Procura da batida perfeita (Looking for the perfect beat dans sa version internationale) est produit par Mario Caldato , l’homme qui quinze ans plus tôt fit groover le rap comme jamais avant lui, avec sa production toute en rondeur (Tone-Loc, Young MC, les Beastie Boys).

Ensuite il y a la phase écoute. Et pour ça, c’est que ça se passe pour la musique et pour l’image (le clip de Vai vendo en 256 Kbps).

PS : Merci à Olive pour les infos.